Assemblee legislative minoritaire de 2018 au Nouveau-Brunswick: L'etrange trilogie.

Auteur:Hyson, Stewart
Fonction :Article vedette
 
EXTRAIT GRATUIT

Les 30 dernieres annees a l'Assemblee legislative du Nouveau-Brunswick ont ete marquees par une trilogie d'etrangetes. Tout d'abord, en 1987, un parti a remporte tous les sieges a l'Assemblee, si bien qu'il n'y avait pas d'opposition parmi les deputes. Ensuite, en 1994, la situation des partis a l'Assemblee s'est modifiee par suite de differents evenements, et il en a decoule que deux partis d'opposition--disposant d'un nombre egal de sieges--se sont dispute le droit d'etre reconnus en tant qu'opposition officielle. Enfin, plus recemment, la derniere election generale au Nouveau-Brunswick a donne lieu au premier gouvernement minoritaire depuis 1920. Ce dernier a tente de demontrer qu'il avait conserve la confiance de l'Assemblee malgre la perte de sa majorite, mais il a ete defait lorsque la Chambre s'est reunie pour l'etude de l'Adresse en reponse au discours du Trone. Apres un bref retour sur les deux premiers elements de cette etrange trilogie, les auteurs se penchent sur le troisieme element et expliquent comment la precarite d'un gouvernement minoritaire et la disparite politique des quatre partis a l'Assemblee pourraient ramener les electeurs aux urnes bien avant la prochaine date fixe des elections.

**********

Les dernieres elections generales neo-brunswickoises, qui ont eu lieu le 24 septembre 2018, n'ont pas donne de resultats tres nets. Le Parti liberal sortant a remporte 21 des 49 sieges et obtenu 38% du vote populaire. Le Parti progressisteconservateur (PPC), quant a lui, a remporte 22 sieges avec 32% des voix. Le Parti vert et l'Alliance des gens (AG) se sont separe les six sieges restants a egalite. Pour la deuxieme fois seulement dans son histoire--la premiere fois remontant a pres d'un siecle--le Nouveau-Brunswick a elu un gouvernement minoritaire. Il s'agit d'une situation remarquable, mais ce qui est peut-etre encore plus interessant, c'est qu'il s'agit de la troisieme etrangete qu'un gouvernement de la province vive en une trentaine d'annees.

Jusqu'a present, le Nouveau-Brunswick a presque toujours ete gouverne par un parti detenant la majorite a l'Assemblee (1). Dans cette province, seuls les liberaux et le PPC ont forme le gouvernement et, a l'exception de 1991, annee oo le tout nouveau Confederation of Regions Party (CoR) a remporte huit sieges, le statut d'Opposition officielle est toujours revenu a l'un des deux grands partis. En 1987, les liberaux ont remporte tous les sieges de l'Assemblee legislative. En soi, cela constitue une premiere etrangete. Puis, en 1994, le PPC et le CoR se sont retrouves a egalite, detenant chacun six sieges dans l'opposition : le President dut alors decider quel parti formerait l'Opposition officielle. Voila la deuxieme etrangete. Or, nous nous retrouvons maintenant devant une troisieme curiosite : cm gouvernement minoritaire. Elu de justesse, le gouvernement minoritaire a pris le pouvoir apres avoir orchestre la defaite de l'Adresse en reponse au discours du Trone.

Les deux premiers evenements de cette etrange trilogie ont deja fait l'objet d'articles dans nos pages et seront brievement abordes plus loin. Le troisieme evenement, le plus recent, a cependant de quoi laisser perplexe : comment les partis elus du Nouveau-Brunswick composeront-ils avec la precarite de l'Assemblee?

Premiere etrangete : un parlement a parti unique

En 1987, les liberaux de Frank McKenna ont remporte l'entierete des 58 sieges de l'Assemblee legislative du Nouveau-Brunswick en recoltant environ 60% des suffrages exprimes. Cette situation a entraine des problemes logistiques interessants au sein de l'Assemblee. Qu'adviendrait-il de la periode des questions en l'absence d'un parti d'opposition? Qui prendrait place sur les banquettes de >? Quel role, s'il en est un, les partis sans siege joueraient-ils dans le fonctionnement de l'Assemblee?

En ce qui concerne l'attribution des sieges, la solution de McKenna consista a diviser son gouvernement en deux groupes : un groupe a la droite du President, et l'autre, a gauche. Le premier ministre, quant a lui, prenait place a gauche. Pendant la periode des questions, les deputes liberaux d'arriereban posaient des questions plutot faciles aux ministres du Cabinet. Le nombre d'employes et les services de recherche de la Bibliotheque legislative ont ete accrus, notamment pour permettre aux representants non elus du PPC et du NPD de mieux preparer les prises de position de leur parti sur les questions strategiques. Les deux partis se sont aussi vu offrir des locaux gratuits. En outre, ils ont pu nommer un membre sans voix deliberative au sein du Comite sur l'administration legislative. Lorsque la Chambre siegeait, les chefs des partis d'opposition etaient invites a s'asseoir sur les bancs normalement reserves aux medias. Enfin, au lendemain des grandes annonces, on tenait une >, au cours de laquelle les partis d'opposition pouvaient presenter leur position adverse respective...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE