O.D. Skelton: The Work of The World, 1923-1941.

Auteur:Stos, Wil
Fonction :Book review
 
EXTRAIT GRATUIT

O.D. Skelton: The Work of The World, 1923-1941, par Norman Hillmer, McGill-Queen's University Press, Montreal et Kingston, 2013, 517 p.

Nombre de fonctionnaires s'accorderont pour dire que leur profession peut etre source de grande satisfaction personnelle, mais rares sont ceux qui declarent qu'ils l'ont choisie dans le but de devenir celebres. Certains soutiendront meme que la celebrite--en bien ou, pis encore, en mal--est exactement ce qu'un fonctionnaire doit eviter a tout prix. Leur vie professionnelle se passe surtout dans l'ombre tandis que leur ministre sert de facade publique a leurs efforts, leurs succes et leurs echecs collectifs.

Cela etant, il est rafraichissant de voir un historien s'interesser au travail d'un fonctionnaire dont les premiers ministres liberaux comme conservateurs ont recherche les avis sur la politique etrangere a une epoque de grands bouleversements internationaux. Publie sous la direction de Norman Hillmer, professeur de l'Universite Carleton, le recueil de notes officielles, d'extraits de journal et de lettres d'Oscar Douglas Skelton brosse le portrait d'un fonctionnaire chevronne, mais aussi de l'homme derriere les notes. Dans son l'introduction, Hillmer met en contexte les documents annotes qu'il a retenus. En les rangeant par ordre chronologique et par periode ou evenement, il ouvre une fenetre sur le monde d'un biographe compulsant les archives.

Lorsque Skelton entre au ministere des Affaires exterieures en 1923, le premier ministre William Lyon Mackenzie King juge son anti-imperialisme (a l'egard du moins de l'Empire britannique au Canada) tout indique pour doter le Canada d'une politique etrangere independante. La nouvelle recrue fera presque immediatement sa marque avec une note intitulee >, que King apporte a la premiere conference imperiale a laquelle il prend part comme premier ministre.

Certains historiens ne voient dans ce canevas de politique etrangere que l'oeuvre d'un apparatchik (Skelton evoluait depuis quelque temps dans les cercles liberaux et avait travaille pour King a la fin du gouvernement de Laurier) et la reponse a des problemes qui ne se posaient plus vu l'evolution des visees de la Grande-Bretagne sur ses dominions et ses colonies. Toutefois, dans son introduction, Hillmer soutient que, bien qu'elle soit manifestement d'inspiration partisane, la note de Skelton s'inscrivait en faux contre l'insistance que mettait la Grande-Bretagne sur l'> et contre le renvoi au Foreign Office des...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE