Un entretien avec L'Honorable Alfred Monnin.

Author:Monnin, Alfred
Position:Manitoba Court of Appeal - Interview
 
FREE EXCERPT

Ne en 1920, l'honorable Alfred Maurice Monnin, O.C., O.M., c.r., a servi en tant qu'officier en Europe durant la Seconde Guerre mondiale. A son retour au Manitoba, il a termine ses etudes en droit et a oeuvre en tant qu'avocat. En 1957, il a ete nomme a la Cour du Banc de la Reine du Manitoba et, en 1963, a la Cour d'appel de cette province. En 1983, il a ete nomme juge en chef de la Cour d'appel, un poste qu'il a occupe jusqu'a sa retraite en 1990. Au cours de sa carriere, il aura siege comme juge pendant 33 ans, dont 28 ans a la Cour d'appel. Reconnu tout au long de sa carriere comme etant un ardent militant de la langue francaise, le juge Monnio a directement contribue a l'evolution et au progres du statut du francais au Manitoba. Apres sa retraite, il a ete nomme par le premier ministre du Manitoba pour presider une commission speciale chargee d'enqueter sur des accusations de fraude electorale, qui auraient ete commises lors des elections provinciales de 1995. Il reside actuellement a Saint-Boniface. En decembre 2010, Nicole D'Aoust et Marisa Monnin de la Revue de droit d'Ottawa ont eu l'occasion de rencontrer M. Monnin afin de discuter de sa vie et de sa carriere, notamment en tant que juriste d'expression francaise au Manitoba.

The Honourable Alfred Maurice Monnin, O.C., O.M., Q.C., was born in 1920 and served as an officer in Europe during the Second World War. On returning to Manitoba, he completed his legal studies and went on to practise law. He was appointed to the Court of Queen's Bench of Manitoba in 1957 and to the Manitoba Court of Appeal in 1963. In 1983, he was appointed Chief Justice of the Court of Appeal, a position that he held until his retirement in 1990. Over the course of his career, he sat as a judge for 33 years, the last 28 of which were on the Court of Appeal. Justice Monnin has been recognized throughout his career as a fervent advocate for the French language, and has played a direct role in developing the status of French in Manitoba. After retiring, he was appointed by the Premier of Manitoba to chair a special commission tasked with investigating charges of election fraud during the 1995 provincial election. In December 2010, Nicole D'Aoust and Marisa Monnin of the Ottawa Law Review had the opportunity to interview Justice Monnin, who currently lives in St. Boniface, to discuss his life and career, and particularly his experience as a French-speaking legal expert in Manitoba.

Revue de droit d'Ottawa (>): Pouvez-vous nous parler de vos origines? Votre jeunesse a-t-elle ete marquee par un evenement qui vous a sensibilise aux questions juridiques? Monsieur Alfred Monnin (>): Mon pere est arrive au Canada en 1913. Peu apres son arrivee, le debut de la Premiere Guerre mondiale a pose un obstacle a la venue de ma mere, de ma soeur et de mon frere. Ils ne sont donc arrives qu apres la guerre, en 1919. J'ignore la raison pour laquelle ils ont decide d'immigrer au Canada, ou meme pourquoi ils auraient choisi de s'installer directement au Manitoba. Mon pere parlait francais; c'etait sa langue maternelle. Il s'exprimait egalement en allemand, mais peu de personnes se servaient de l'allemand au Manitoba, et encore moins ailleurs au Canada.

Je suis donc ne dans cette province, en 1920. J'ai etudie a l'Ecole Provencher (1), et ensuite au College universitaire de Saint-Boniface (2) pendant huit ans. Apres, j'ai etudie le droit a l'Universite du Manitoba pendant trois ans, de 1939 a 1942 (3). J'ai pris une pause pour m'inscrire a l'Armee canadienne. Pendant la guerre, je suis alle en France, en Belgique, en Hollande et en Allemagne en tant qu'officier de liaison du Regiment Royal du Canada. A mon retour de la guerre, a Noel 1945, j'ai termine mes etudes en droit. Puis, au mois de mai 1946, j'ai commence a exercer la profession juridique (4). Voila ce qui represente mon parcours jusqu'a ce que je sois nomme juge.

RDO: L'auteure celebre, Gabrielle Roy, est nee a Saint-Boniface--la connaissiez-vous?

AM: Elle est nee en 1909, soit onze ans avant moi. Je l'ai souvent vue parce que je demeurais sur la rue des Meurons tandis qu'elle demeurait sur la rue Deschambanlt (5). Nos maisons etaient situees dos-a-dos. Je la voyais presque tous les jours puisqu'elle enseignait a l'Ecole Provencher. Souvent, lorsque je me rendais a l'ecole, nous marchions sur le meme sentier. Toutefois, je n'ai jamais eu de contact direct avec elle en raison de notre grande difference d'age. Nous n'etions pas de la meme generation. Elle a fait ses etudes et s'est installee au Quebec. Elle s'est aussi rendue en Europe, pour ensuite s'installer au Quebec. Neanmoins, elle revenait parfois au Manitoba pour rendre visite a son frere et a sa soeur, qui y demeuraient toujours (6).

RDO: Vous avez etudie a l'Ecole Provencher a Saint-Boniface et par la suite, en 1939, vous avez complete un baccalaureat es arts au College universitaire de Saint-Boniface. Pouvez-vous nous decrire la formation que vous avez recue aupres des Jesuites?

AM: Les peres Jesuites enseignaient au College universitaire de Saint-Boniface lorsque j'y etais etudiant. Le programme de baccalaureat consistait de huit ans d'etudes. Tous ne finissaient pas leurs etudes dans cet etablissement; il y en avait plusieurs qui y mettaient fin. Souvent, ces etudiants ne sentaient pas qu'ils avaient les capacites, ou ils avaient perdu leur interet dans le programme, en raison de sa longueur. De mon cote, j'ai ete tres heureux durant les huit annees passees au College. J'apprecie beaucoup la formation qui m'a ete donnee par les Jesuites.

Par la suite, j'ai fait trois annees d'etudes en droit, a l'Universite du Manitoba, avant de servir dans l'Armee...

To continue reading

FREE SIGN UP