Extrait de livre : tragedie aux Communes : >.

Auteur:Loat, Alison
Fonction :Excerpt
 
EXTRAIT GRATUIT

Dans Tragedy in the Commons: Former Members of Parliament Speak Out About Canada's Failing Democracy, les auteurs Alison Loat et Michael MacMillan utilisent les entrevues de depart de 80 anciens parlementaires pour reveler comment les politiciens federaux se sentent lorsqu 'ils dirigent le pays. Leurs principales conclusions sont les suivantes : de nombreux deputes ne comprenaient pas clairement quel etait leur role a Ottawa et se sentaient souvent coinces par un systeme de partisanerie qui entravait leur liberte a Ottawa. Ces extraits du chapitre 4 (>) revelent que de nombreux deputes interroges trouvaient que le resultat le plus tangible de leur travail etait les services qu'ils rendaient aux electeurs dans leurs circonscriptions, ce qui a amene les auteurs a se demander si tout le travail de circonscription constitue la meilleure utilisation possible du talent et du temps des deputes.

**********

Lorsqu'ils ont surmonte les defis associes a leurs premieres semaines a Ottawa (oo est situe le bureau, comment reclamer le remboursement de depenses, oo trouver des employes, comment se rendre a la salle de bain), les nouveaux deputes sont confrontes a un obstacle a plus long terme : traiter les nombreuses demandes qui requierent leur attention et gerer leur horaire. L'ancien depute liberal de Miramichi, au Nouveau-Brunswick, Charles Hubbard, a ete sidere de constater le nombre de personnes qui communiquaient avec son bureau pour obtenir de l'aide dans le cadre de leurs interactions avec l'une des bureaucraties federales (comme Immigration Canada, l'Agence du revenu du Canada ou Service Canada). >, a declare M. Hubbard. >

De fait, le bureau de M. Hubbard traitait ce type de demande tellement souvent qu'il a affecte l'equivalent de deux employes et demi a temps plein a cette tache (la plupart des deputes n'ont qu'une demi-douzaine d'employes dans leurs deux bureaux). D'apres M. Hubbard, les employes repondaient en moyenne a plus de 100 appels de ce type par jour. M. Hubbard estime que pendant les 15 annees oo il a ete depute, ses employes ont traite plus de cent mille appels passes par des electeurs qui voulaient de l'aide dans le cadre de leurs demarches aupres de structures du gouvernement federal.

M. Hubbard, qui etait directeur d'une ecole secondaire avant de se lancer en politique, nous a raconte l'histoire d'un ancien eleve qui avait desesperement besoin d'aide. L'homme, qui etait alors age de 35 ans et qui etait marie et avait trois enfants, etait en train de mourir d'un cancer. Service Canada refusait neanmoins de lui verser des prestations d'invalidite. Lorsque M. Hubbard a ete mis au courant de la situation, il a appele le medecin de l'homme, qui a ensuite ecrit une declaration pour soutenir la demande. M. Hubbard s'est ensuite assure que cette declaration allait etre lue par la bonne personne chez Service Canada. Un mois avant le deces de cet ancien eleve...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE