Gendered News: Media Coverage and Electoral Politics in Canada.

Auteur:Janigan, Mary
Fonction :Book review
 
EXTRAIT GRATUIT

Gendered News: Media Coverage and Electoral Politics in Canada par Elizabeth Goodyear-Grant, UBC Press, Vancouver, 2013, 246 p.

Debut fevrier, la deputee liberale Chrystia Freeland pose sa premiere question aux Communes. Pour la plupart des deputes, c'est un moment fort de la carriere. Pour Freeland, qui a remporte de justesse en novembre une election partielle a Toronto, c'est un bapteme du feu. L'ancienne chroniqueuse economique est en train de demander quelles sont les perspectives de reprise economique quand les rangs conservateurs se mettent a la chahuter.

Le President intervient deux fois, mais les voix pour la plupart masculines n'en crient que plus fort. A sa troisieme tentative, Freeland doit tronquer sa question. Apres la reponse toute faite d'un ministre, D. Matthew Millar, un journaliste du Vancouver Observer, lui conseille ceci : > pour la periode de questions >>, lui gazouillet-il, >.

Il y aura bientot un siecle que les femmes peuvent voter aux elections federales, mais la lutte pour l'egalite n'est pas finie. Les obstacles a leur participation a la politique sautent depuis que les pontes des partis, les collecteurs de fonds, les associations de circonscription et les electeurs les considerent comme des candidats souhaitables. Mais, comme l'explique Elizabeth Goodyear-Grant, politologue de l'Universite Queen's, la representation feminine au federal comme au provincial reste > au tiers des sieges, masse critique jugee necessaire pour changer les choses en politique. A quoi est due cette tenace inegalite? En analysant la couverture televisuelle des chefs de parti aux elections federales de 2000 et celle des elections de 2006 dans la presse ecrite, Goodyear-Grant montre >

C'est un regard neuf sur un sujet relativement inexplore : les relations compliquees entre medias, politiciens et electeurs. Les medias ne s'en sortent pas bien. Goodyear-Grant soutient que les medias grand public presentent les femmes comme differentes de leurs collegues masculins de facons beaucoup plus insidieuses que dans le cas de Freeland. Selon elle, les hommes dominent les medias d'information et, comme les journalistes s'impregnent de cette culture, il en resulte une vision masculine de l'actualite qui vehicule l'idee que la feminite >. En fait, les medias adoptent a leur insu les schemes de pensee de la culture ambiante, lesquels ordonnent leurs croyances et leurs connaissances au sujet de la femme. Ils sont ainsi amenes a voir la politique comme un...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE