L'assemblee nationale du Quebec a l'ere du numerique.

Auteur:Grétas, Catherine
 
TABLE DES MATIÈRES
EXTRAIT GRATUIT

Depuis le lancement de son site Web en 1995, l'Assemblée nationale du Québec a fait figure de modèle à suivre en matière d'utilisation de la technologie en ligne pour communiquer avec les citoyens. Dans le présent article, les auteures décrivent les étapes qui ont permis de lancer des pétitions, d'accepter des commentaires et de tenir des consultations en ligne. Elles abordent également la croissance du réseautage par l'intermédiaire des médias sociaux. Elles concluent en soulignant l'attention spéciale portée à l'utilisation responsable des médias sociaux et les façons dont ces nouvelles technologies permettent à l'Assemblée et aux citoyens de communiquer efficacement.

**********

Soucieuse de mieux informer les citoyens et d'accroître leur participation aux travaux parlementaires, l'Assemblée nationale du Québec a mis en ligne son site Web en 1995. Ce site a été complètement réaménagé en 2010 afin de permettre aux citoyens de prendre part plus directement à la démocratie. Pour parfaire son offre, l'Assemblée a choisi d'être présente sur les médias sociaux à partir de 2012. Depuis quelques années déjà, le travail parlementaire et la participation citoyenne profitent de l'utilisation des technologies par l'Assemblée nationale. Pensons, par exemple, aux pétitions, aux commentaires et aux consultations qui peuvent maintenant être en ligne. Et c'est sans compter la page Facebook et le compte Twitter officiels de l'Assemblée.

Des pétitions en ligne populaires auprès des citoyens

Pour favoriser l'expression des citoyens, le site Internet de l'Assemblée permet, depuis 2009, à tout individu de signer une pétition en ligne. En effet, les personnes qui désirent obtenir le redressement d'un grief ont la possibilité d'amorcer des pétitions sur le site de l'Assemblée, qui pourront être signées par des citoyens partageant la même préoccupation et qui seront plus tard déposées en Chambre par un député. Précisons que, pour être valide, une pétition électronique doit absolument être amorcée et signée sur le site Internet de l'Assemblée nationale. Cette règle assure aux pétitionnaires que le texte qu'ils signent est bien celui qui sera présenté à l'Assemblée. Une fois la pétition lancée, le site Internet affiche en temps réel le nombre de signataires, mais il ne révèle aucune information à leur sujet.

Au cours de 1'année 2013-2014,100 pétitions électron iques ayant recueilli plus de 360 000 signatures ont été présentées. En comparaison, les quelque 135 pétitions sur format papier présentées pendant la même période ont obtenu environ 180 350 signatures. (Voir tableau 1).

Des commentaires en ligne facilitant le travail parlementaire

Le site Internet de l'Assemblée permet aussi à...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE