Les personnes handicapees en politique parlementaire.

Fonction :Table ronde - Handicapped not running for office in Canadian Parliament
 
EXTRAIT GRATUIT

Bien que les parlementaires et les personnalites publiques handicapes aient acquis de la notoriete au cours de la derniere decennie au Canada, de nouvelles etudes demontrent que les personnes ayant un handicap declare ne briguent pas de charge publique proportionnellement a leur presence dans la population en general. Dans le cadre de la presente table ronde, la Revue parlementaire canadienne a reuni des universitaires, des parlementaires et des titulaires de charge publique qui s'interessent a la politique et aux personnes handicapees pour discuter de la situation de ces dernieres en politique parlementaire et trouver des strategies qui amelioreraient l'accessibilite de la vie politique pour tous les Canadiens.

RPC: M. Levesque, vos recherches recentes indiquent que les personnes handicapees ne briguent pas les suffrages dans une proportion representative de leur presence dans la population en general. Pourquoi le taux de participation a la vie politique des personnes handicapees est-il si faible?

ML: Je me suis interesse a ce sujet apres m'etre demande si nous elisons des personnes handicapees, des femmes, des Autochtones ou des membres d'autres minorites visibles dans une proportion equivalant a leur presence dans la population en general et, dans l'affirmative, si ces personnes, une fois elues, ont une influence sur les politiques qui traitent des problemes particuliers auxquels elles sont ellesmemes confrontees?

Pour commencer, j'ai essaye de me faire une idee des chiffres. J'ai donc remis a tous les presidents des partis politiques provinciaux un sondage dans lequel je leur demandais: 1) s'ils cherchaient a attirer des candidats handicapes, 2) s'ils utilisaient des mecanismes speciaux pour attirer ces personnes, notamment du financement; 3) s'ils pouvaient me dresser la liste des personnes handicapees s'etant portees candidates au cours des trois dernieres elections et, si oui, dans quelles circonscriptions. Cette derniere question est importante puisque selon bon nombre d'ouvrages, les partis politiques ont tendance a presenter des candidats marginaux ou faisant partie d'une minorite dans des circonscriptions ou ils ont tres peu de chances de l'emporter, tout simplement par souci d'atteindre leur quota plus rapidement. J'ai choisi de me pencher sur la scene politique provinciale parce qu'on y trouve tres peu de donnees sur la question.

Les 21 reponses que j'ai recues m'amenent a conclure que seulement un pour cent des candidats aux trois dernieres elections provinciales etaient des personnes handicapees. C'est un niveau tres, tres bas si l'on considere que 15 a 21 pour cent de la population souffre d'un handicap declare. De plus, parmi les partis ayant repondu au sondage, aucun n'a mis sur pied des strategies de recrutement pour trouver des personnes handicapees comme candidats potentiels et les inciter a se lancer dans la course. Les partis affirment plutot avoir cherche le meilleur candidat pour la circonscription, c'estadire le plus susceptible de gagner aux elections. Dans un cas seulement, un parti a approche une personne handicapee pour qu'elle se porte candidate, non pas parce qu'il cherchait activement a bien representer la population, mais bien parce que la personne etait connue grace a son engagement au sein du parti et parce qu'elle etait consideree comme un bon candidat.

DO: Au fait, quelle etait votre definition de handicap?

ML: Elle etait tres vaste, c'estadire qu'il pouvait s'agir d'un handicap physique, d'une difficulte d'apprentissage ou d'une deficience intellectuelle. J'ai essaye d'etre le plus inclusif possible.

DO: Il est interessant de constater le postulat que le meilleur candidat ne ferait pas partie du 15 pour cent de la population handicapee. Par consequent, on n'a meme pas cherche au sein de ce groupe.

ML: Je me suis creuse la tete a ce sujet d'ailleurs. J'ai etudie ces donnees et je me suis demande si le probleme pouvait etre que les personnes handicapees susceptibles de se lancer dans la course n'avaient pas manifeste leur interet aux partis politiques. Je me suis donc lance a la recherche des statuts de tous les partis que je pouvais trouver au Canada et j'ai conclu qu'ils ne contenaient pas de dispositions particulieres sur la question. Seuls les statuts du Nouveau Parti democratique de l'Ontario faisaient vaguement reference aux personnes handicapees. En effet, ce parti compte un Comite des droits des personnes handicapees. C'est interessant puisque les autres partis sont nombreux a compter des comites portant sur des groupes particuliers, comme le Rainbow Pride Committee ou le Comite autochtone du NPD, en Saskatchewan. En Ontario, le NPD a de plus adopte une politique selon laquelle il doit presenter des candidats provenant de groupes vises par des mesures de discrimination positive, notamment des personnes handicapees, pour le representer aux trois quarts des sieges qu'il brigue et dont il n'est pas deja titulaire.

RPC: Nous pouvons peut-etre demander aux politiciens de nous parler des mecanismes, ou de l'absence de mecanismes, pour inciter les personnes handicapees a se porter candidates. Qu'est-ce qui les dissuade de le faire?

KM: En Nouvelle-Ecosse, nous avons organise une activite nommee Forum 29, sur la situation des personnes handicapees, la politique et les responsables du recrutement au sein des partis politiques, dans le but precis d'inciter les personnes handicapees a participer a la democratie. En tant que premier president d'une Assemblee legislative du Canada souffrant d'un handicap, j'ai raconte comment j'ai fait mon entree en politique, la formation que j'ai recue et les raisons qui m'ont pousse a inscrire mon nom sur un bulletin de vote. Notre objectif etait d'inspirer les personnes handicapees a en arriver a ce point, aussi. Malgre le bon taux de participation, j'ai trouve qu'il y avait encore beaucoup de desinformation, du moins chez les participants. La plupart d'entre eux ne comprenaient pas bien le fonctionnement du systeme politique au Canada et les differences entre les partis.

Pour etre franc, malgre les progres actuels, je crois qu'on n'a pas l'habitude d'encourager les handicapes a se lancer en politique pour toutes sortes de raisons: la hausse des taux de chomage, la multiplication des barrieres socioeconomiques, la realite quotidienne de la vie avec un handicap, et l'inquietude des personnes handicapees quant a leur situation personnelle. Je crois que le faible pourcentage mentionne plus tot s'explique en partie par le fait que l'engagement politique se trouve bien loin sur la liste de priorites des personnes handicapees.

RPC: Par ailleurs, les partis ont des positions differentes quant au fait de recruter leurs candidats selon leur appartenance a un groupe designe.

SF: Je suis contre les mesures de discrimination positive, particulierement en ce qui me...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE