Religion, foi et spiritualite a l'assemblee legislative de la Colombie-Britannique.

Auteur:Bueckert, Chardaye
Fonction :Article vedette
 
EXTRAIT GRATUIT

Le present article vise a alimenter la reflexion sur le role de la religion, de la foi et de la spiritualite dans les institutions publiques au Canada en examinant la pratique de la priere a l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique. Les auteurs decrivent le contexte des prieres qui y sont recitees, donnent un apercu des differentes coutumes dans les assemblees provinciales et territoriales du Canada, puis examinent des controverses et des procedures judiciaires decoulant de ces conventions. L'analyse des prieres d'ouverture des sessions de l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique de 1992 a ce jour est suivie, pour conclure, d'une comparaison entre le contenu des prieres et le taux de religiosite, de spiritualite et de foi autodeclares dans la population de la province.

Introduction

Corps du texte : Le Canada contemporain repose en grande partie sur une societe laique, mais certains elements religieux historiques restent enracines dans les institutions democratiques canadiennes, dont la pratique de la priere dans les assemblees legislatives provinciales. Le present article vise a alimenter la reflexion sur le role de la religion, de la foi et de la spiritualite dans les institutions publiques du Canada, et ce, par le prisme des prieres recitees a l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique. Nous decrirons le contexte de cette pratique a l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique, donnerons un apercu des differents usages dans les assemblees provinciales et territoriales du Canada, puis examinerons des controverses et des procedures judiciaires decoulant de ces conventions. Nous analyserons ensuite les prieres d'ouverture des sessions de l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique de 1992 a ce jour, avant de conclure par une comparaison entre le contenu des prieres et le taux de religiosite, de spiritualite et de foi autodeclares dans la population de la province. En nous penchant sur ces prieres d'ouverture, nous esperons mettre en lumiere la representation des diverses religions a l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique. Il est important de souligner que faute de donnees completes, cet examen se veut un apercu des conventions fondees sur la foi a l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique, plutot qu'une analyse complete de la facon dont les divers groupes confessionnels sont representes dans la pratique.

D'apres les publications existantes sur la religion dans les assemblees canadiennes--en particulier l'article (1) de Martin Lanouette paru dans la Revue parlementaire canadienne en 2009 sur la pratique de la priere dans les assemblees nationales des pays du Commonwealth et aux Etats-Unis--, nous dressons un portrait interprovincial axe sur l'Assemblee legislative de la Colombie-Britannique. Nous esperons que nos travaux completeront les recherches realisees en 2009 par la stagiaire parlementaire Christiana Fizet sur le Notre-Pere recite a l'Assemblee legislative de l'Ontario (2) ainsi que le rapport sur le role de la foi dans la societe, les institutions publiques et le systeme juridique canadiens presente par Rosalie Jukier et Jose Woehrling au 18e Congres international de droit compare (3).

Histoire et pratique de la priere dans les assemblees legislatives

La pratique de la priere dans les assemblees legislatives a commence vers 1558 au Royaume-Uni, lorsque les premiers parlementaires britanniques se sont reunis dans une eglise (4). Les assemblees legislatives canadiennes ont reproduit cette pratique, un heritage de leurs origines parlementaires britanniques (5). En Colombie-Britannique, les deliberations quotidiennes de l'Assemblee legislative sont toujours precedees d'une priere interconfessionnelle lue par un depute (6). Une priere precede aussi toujours le discours du Trone, lequel marque l'ouverture d'une nouvelle session legislative et consiste a enoncer les priorites legislatives du gouvernement au cours de celleci. C'est un representant d'un groupe confessionnel qui recite cette priere et non un depute. L'invitation a reciter la priere d'ouverture releve du Bureau du President, qui peut aussi aider le Bureau du premier ministre si celui-ci souhaite inviter une personne pour reciter la priere. Il est maintenant d'usage d'inviter a tour de role des representants de divers groupes confessionnels. Les deputes peuvent aussi proposer des personnes au Bureau du President, qui devra toutefois prendre les dispositions necessaires pour les inviter.

Dans l'ensemble du Canada et dans d'autres pays du Commonwealth, les prieres sont traditionnellement percues comme une pratique privee dans l'interet des deputes de chaque assemblee legislative et ne sont donc pas necessairement consignees dans le hansard, soit la transcription des debats. Le Parlement de la GrandeBretagne ne transcrit pas les prieres et interdit meme au public d'acceder a la tribune avant la fin de la priere (7). A l'Assemblee legislative de la...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE