Toujours le meme, mais different : la transition de 2013 au sein du Parti liberal de l'Ontario.

Auteur:Bays, Connor
 
EXTRAIT GRATUIT

L'ascension de Kathleen Wynne à la tête du Parti libéral de l'Ontario en janvier 2013 la destinait automatiquement au poste de premier ministre de la province. Bien que le Parti libéral soit resté au pouvoir, cette victoire supposait la planification et l'exécution d'un transfert de pouvoir entre l'ancien leadership et le nouveau. Les études doctrinales sur le transfert de pouvoir au Canada et en Ontario portent généralement sur les transferts entre un parti et un autre. Nous examinerons ici le cas de Mme Wynne et nous nous intéresserons à la façon dont les caractéristiques internes du parti ont façonné ses principes et son évolution. Nous nous appuyons sur les résultats de 15 entrevues confidentielles avec des fonctionnaires et des responsables politiques, effectuées dans le cadre d'une recherche réalisée entre février et mai 2013.

**********

David Lindsay, l'un des architectes de la transition (saluée partout) du premier ministre Mike Harris au gouvernement en 1995, estime qu'à l'ère moderne, les mesures prises en matière de transfert de pouvoir sont axées sur quatre éléments essentiels : le personnel, les procédures, les politiques et les relations publiques. Les personnes qui ont orienté la transition de Kathleen Wynne ont tenu compte de priorités et de mesures qui, à ces égards, ont été considérablement influencées par le caractère interne de la transition.

Cela a commencé par un roulement des cadres supérieurs (élément central de la mécanique concrète de la transition) presque exclusivement au sein du Cabinet du premier ministre, les autres bureaux du gouvernement demeurant relativement inchangés. Les procédures et structures du gouvernement sont restées à peu près identiques, mais l'un des aspects majeurs de la transition a été l'adoption d'une approche plus coopérative des activités. Sur le plan stratégique, les priorités associées à la transition de Mme Wynne étaient étroites et portaient surtout sur la stabilisation des relations du gouvernement provincial avec les enseignants (à noter que ce secteur particulier échappe au champ de notre article). Enfin, l'objectif fondamental des relations publiques à l'occasion de cette transition était de différencier le gouvernement de Mme Wynne de celui de son prédécesseur. Il était important, pour souligner cette différenciation, de mettre l'accent sur le nouveau style coopératif adopté dès le début de la transition.

Les préparatifs politiques

La démission surprise de Dalton McGuinty le 15 octobre 2012 a limité considérablement le temps dont disposaient les candidats à la direction du Parti libéral pour planifier la transition. Cela dit, la campagne--finalement victorieuse--de Mme Wynne comportait des préparatifs anticipés, dirigés par la > et ex ministre du Cabinet Monique Smith. Un spécialiste de la transition a été sollicité > : il leur a fourni des conseils en matière de stratégie et de relations avec la fonction publique, alimentant la campagne de Mme Wynne de documents qu'il avait écrits sur le sujet. Selon lui, le premier point de contact était > qui essayaient de circonscrire les positions que la nouvelle première ministre adopterait sur certains enjeux qu'elle hériterait si elle remportait la victoire.

L'équipe qui a dirigé la transition durant les semaines suivant la victoire de Mme Wynne le 25 janvier comprenait des militants de sa base et des conseillers moins partisans embauchés pour leurs compétences. Monique Smith, responsable principale de la transition, a participé à la campagne de Mme Wynne dès le début, tandis que d'autres responsables importants de la transition--par exemple le chef de cabinet adjoint Andrew Bevan et la responsable des ressources humaines Shelley Potter--ont également joué un rôle dans la course de Mme Wynne à la direction du parti. Pour reprendre les paroles d'un cadre ayant participé à la transition, ces personnes > pour se mettre au travail durant la période de transition. Outre ce groupe de partisans, l'équipe de transition comptait des personnes ayant joué un rôle minime dans la course à la direction, mais que leur expertise rendait précieux pour la mise en place du gouvernement de Mme Wynne aux premières étapes. Dans cette catégorie se trouvaient P ex journaliste de Queen's Park John McGrath, et, à titre plus consultatif pour les premiers stades de la planification, l'ex fonctionnaire Tony Dean.

Au cours des semaines précédant le congrès du Parti libéral, les partisans de Mme Wynne ont consulté des conseillers pour savoir comment planifier une bonne planification de la transition. On voulait avoir notamment une idée des priorités et considérations qui seraient familières à la plupart des planificateurs de transition interne, à savoir les enjeux de l'administration publique plutôt que les enjeux politiques. Les planificateurs de la transition de Mme Wynne ont posé des questions sur le moment opportun pour aborder le secrétaire du Cabinet au sujet des procédures de transition au Cabinet, déterminer s'il fallait apporter certains changements sans délai dans la liste des sous-ministres et s'il y avait lieu de modifier la structure des ministères. L'un des protagonistes a résumé ces conversations en disant...

Pour continuer la lecture

INSCRIPTION GRATUITE